Briser les miroirs aux alouettes cantaliennes

Mise à jour du 24 octobre 2015

Plus de trois esmaines depuis la dernière mise à jour. Les retraités sont débordés : beaucoup d'actifs en plaisantent... très peu savent à quel point ils sont dans le vrai quand ils affirment cela. Si à cette réalité se rajoutent des problèmes informatiques, hors de portée des informaticiens les plus éminents, parait-il, c'est Tchernobyl ou All Blacks/France...Explications données, pour présenter cette longue mise à jour, présentation aussi rapide que possible. En cliquant en haut, à gauche de cette page vous trouverez les six pages qui ont été abondées.

Politicaillerie. Mézard se cherchait une tête de turc après élimination de Thierry Galeau et Vincent Bessat : il l'a trouvé en la personne d'Alain Calmette mais celui-ci ne semble pas décidé à se laisser marcher sur les pieds. Cette chamaillerie serait sans importance si elle n'avait pas de conséquence sur notre département qui aurait besoin d'unité et pas de chamaillerie d'école maternelle...

Migrations. Découvrez le témoignage d'une jeune Kurde réfugiée en France fin des années 1980 et une chronique d'Isabelle Alonso, fille d'immigrés espagnols.

Au quotidien.

Déconstruction de l'usine à charbon de bois de Neussargues : la Montagne pourrait en parler dans le détail, Delcros est élu, il ne risque plus rien !

Restos du coeur : anniversaire des 30 ans, les absents ont eu tort.

Les socialos sont contents : Sapin écrit à un contribuable pour une auto satisfaction déplacée.

Vincent Descoeur proprio-locataire heureux : un nouveau PPP qui ne dit pas son nom pour le collège Jules ferry à Aurillac.

Exception cantalienne : le nuage de Tchernobyl s'était arrêté en Alsace. Les moteurs Volkswagen ont été trafiqués partout dans le monde sauf dans le Cantal.

Le sens des mots : par décision du conseil communautaire de Montsalvy, les mots ne veulent plus rien dire.

Pays vert en danger. Bientôt une ZAD (Zone à Défendre) à Ladinhac ?

Ruralité. Humour Rat-vageur

Point de vue de la Confédération paysanne.

Le Préfet, la FDSEA, les élus et les écolos ont intérêt à bien se tenir : Baptiste leur envoie un de ces messages dont il a le secret.

Régionales.Honneur à François Vermande qui ira faire son marché sur tout le département...

Bonne lecture à étaler dans le temps sous peine de surdose...

 

Urgence humanitaire

Accueil de réfugiés.

Animé par une conviction, les migrants réfugiés sont nos Frères en humanité, le collectif « on est fait pour s’entendre » vous propose de participer, d’apporter vos compétences, de participer à l’accueil global de familles, à l’accueil d’enfants ou de familles pour un séjour de « vacances dans le Cantal.

Des propositions d’appartements, de réflexion sur le devenir des réfugiés à long terme, sur le retour, sur le partage de connaissances, la mise en place d’activités… seront les bienvenues.

Pour participer, une adresse, « testu15@orange.fr », qui transmettra.

Vivre et partir dans la dignité

   

RESAPAC (réseau d'accompagnement et de soins Palliatifs du Cantal) présente au Théâtre d'Aurillac

Mercredi 14 octobre 2015 à 20 heures

 

Aimez-vous la nuit ? 

par la compagnie   Théâtre Le Guichet Montparnasse

 

   

De Julien Séchaud - Mise en scène Annie Vergne Emotion garantie avec cette jolie pièce qui traite de la vie, de la mort, de l’avant, de l’après… Une situation étonnante et troublante pour un sujet fort avec des répliques justes et authentiques, souvent drôles, parfois décalées, toujours percutantes. En bref, une lueur d’espoir sur le comportement humain et le don de soi avec cette pièce faite de tendresse, d’amour et de poésie.

Avec le soutien du Lions Club D’Aurillac, de la Ligue contre le Cancer, Air Médic et de l’Association des Bénévoles en Soins Palliatifs.

Billets disponibles jusqu’au 09/10/2015 à RESAPAC  6 RUE DU Président Delzons 15000 Aurillac    Tarif unique 8 euros.

 

                 

mise à jour du 1er octobre 2015.

Chacun peut participer à la guerre en attendant l'entrée en action de vrais moyens de lutte... Cliquez pour agrandir.

 

 

Les rats sont le pré Cantal.

Les rats taupiers, dans le Cantal, en parler de temps en temps soulage les consciences. Prendre les rats par la queue comme on prend le taureau par les cornes, sujet tabou.  À se demander si les dégâts causés ne rentrent  dans la stratégie, régulièrement dénoncée sur le blog, visant à détruire des exploitations pour faire de la place à ceux qui rentrent dans le moule du « produire toujours en avalant le voisins ».  

Depuis des décennies, les rats s’amusent des campagnes officielles de dératisation et continuent inlassablement de détruire toute racine qui passe à leur portée. Quand, au début de l’été, les engins de fanage soulèvent des nuages de poussière, preuve est faite que les rats taupiers ont bossé tout l’automne et l’hiver à remuer des montagnes de terre en creusant des kilomètres de galeries, en construisant des milliers de taupinières et par conséquent en détruisant jusqu’à 60 ou 80% des récoltes de fourrage.

Ces derniers jours la prise de conscience a franchi une étape : les paysans ne sont plus les seuls à se sentir concernés. Mardi soir, à Allanche, 500 citoyens se sont réunis pour demander au préfet de retrousser les manches sur ce dossier qui se rajoute à ceux de la crise du lait, des bovins viande, des porcs et de la FCO, la fièvre qui bloque la commercialisation et l’exportation de milliers de broutards. Si les agriculteurs étaient majoritaires, des commerçants, des artisans, des vétérinaires, des élus… avaient tenu à participer. En France, quand le bâtiment va, tout va ; dans le Cantal quand l’agriculture ne va pas, rien ne va. Les touristes qui se sont retrouvés nez à nez avec un rat dans leur tente, reviendront-ils ? Les amateurs de fleurissement et de jardinage qui ont tout perdu cet été ne vont-ils pas se lasser d’acheter plants et graines en tous genres ? Suite à des pluies diluviennes les jours précédents,  des centaines de rats taupiers s’étaient donnés rendez-vous dans les rues du village pour participer, à leur façon, au marché des potiers à Allanche : on a eu connu plus efficace pour valoriser une manifestation.

Les scientifiques estiment qu’il y a 2600 rats pour un cantalou : lutter contre 290 millions* de bestioles, il faudrait peut-être se décider à agir, à arrêter les parlotes, à évoquer les lenteurs de la science…

Des méthodes d’éradication par stérilisation sans nuisance pour  l’homme et la chaîne alimentaire existent.

Une délégation du collectif de citoyens qui avaient organisé la réunion d’Allanche a tenu à présenter au Préfet la gravité de la situation, en parfaite autonomie par rapport à la FDSEA et au JA. Le bon sens finira-t-il par l'emporter … dans l’intérêt de tous les cantalous ?

Il est temps de déclarer la guerre aux rats taupiers.

 

*En une année, la descendance d’un couple de rats taupiers peut atteindre 114 individus, plus de 50 couples qui, l’année suivante, alimenteront la surpopulation et participeront à la destruction de milliers d’hectares d’herbages.

 

 

Mise à jour du 26 septembre 2015

Mise au point.

Le blog des amis de Testu : un organe de presse, un simple relais pour toutes les causes perdues, une courroie de transmission cachée pour un syndicat ou un parti politique ?

Rien de tout celà : les amis de Testu sont des citoyens qui militent bénévolement pour informer les cantalous sur des sujets que les décideurs préfèreraient traiter en petits comités, pour informer, en toute indépendance, les cantalous sur des actions qui semblent aller dans le sens du mieux vivre ensemble.

Les amis de Testu ne sont à la botte de personne, c'est peut-être bien cela qui dérange le plus...

Échos...

Une fois n'est pas coutume, les penseurs socialistes ont apprécié le blog des amis de Testu. L'analyse de Pierre Amiral était la bonne : en retirant la candidature Salat, ils n'avaient qu'un objectif, ennuyer Descoeur. C'est réussi, Delcros se sent pousser des ailes mais le Cantal gagne quoi dans tout ça ?

Pour se venger de sa défaite aux sénatoriales, il se murmure que Faure, par ailleurs éminence grise de la race Salers, aurait pris un malin plaisir à entraver l'organisation du concours national prévu à Saint-Four, histoire d'ennuyer Delcros et Jarlier. Rumeur ou pas, impossible de ne pas se poser de questions : concours Salers supprimé le 20 à Saint-Flour, concours Aubrac  maintenu le 27 à Chaudes Aigues...

Au salon de l'habitat, la CABA s'expliquait sur le mélange des ordures triées par les habitants. Les camions bi-bennes ne fonctionnent pas (pourquoi en avoir acheté ?) et il parait qu'une peau de banane égarée dans un bac prévu pour le tri rend celui-ci non recyclable. Plutôt que de chercher les épluchures dans les bacs jaunes, décision avait été prise de tout mélanger. C'est bientôt fini : deux tournées distinctes seront organisées. L'histoire ne dit pas si des agents détecteurs de peaux de bananes vérifieront les bacs jaunes avant le passage des bennes. 

Alain Calmette, grand organisateur de la plus belle embrouille jamais vue pour des sénatoriales, a osé proposer, en séance publique de l'Assemblée départementale, une clarification des appellations des groupes de conseillers départementaux.

Pan sur la tête à Testu.

Avec une violence toute masculine, Patricia Rochès, candidate malheureuse aux dernières sénatoriales laisse éclater sa vexation par rapport au Blog des amis de Testu.

Erreurs, hors sujet, leçon de déontologie... tout y passe. Cliquez sur "politicaillerie", en haut à gauche de cette page et découvrez le courrier d'une élue qui semble confondre mascarade locale entre "grands" électeurs et combat universel pour l'émancipation de la femme.    

 

Dans mon grenier :

les plaisirs de la lecture.

 Il est plaisant, au lendemain de la victoire de DELCROS sur le clan DESCOEUR, de mettre la main sur une vieille MONTAGNE (1) où apparaît, à la une, l'interview, exclusive, d'un petit prince rebelle et dur à cuire, l'inénarrable Vincent D.

Véritable filet de fer jailli du grand mou, volcanisme fin de siècle, V.D.  y annonce sa détermination : « Nous ne rentrerons pas dans le rang ». Ah ! Mais. C'était du temps, pas si éloigné, où il préparait son entrée dans la place. Qu'il est drôle d' entendre le même aujourd'hui s'étonner de ne pas avoir été tenu informé des intentions ( mauvaises ) de ceux de son propre camp, poussés par le méchant DELCROS, qui, animés de projets tout à fait similaires ( le salut du Cantal ), lui cherchent maintenant des poux dans la tête ?

A l'heure des règlements de comptes, quand tout le monde se fiche pas mal de diagnostiquer qui, dans le camp de ceux-là, aime ou  n'aime pas d'un amour sincère notre beau département, chacun rêve seulement de voir changées les règles pour qu'enfin ne puissent être possibles plus de deux mandats successifs et les auteurs de malversations, définitivement éliminés de la vie publique. Cela serait un vrai progrès. La survie des paons en lutte nous indiffère.

Cliquez, là aussi sur "politicaillerie", en haut à gauche de cette page, pour découvrir un serment dont on se demande s'il est de Descoeur par rapport à Besse ou de Delcros par rapport à Descoeur. Dans le Cantal si l'histoire se répète les dossiers restent en plan.  

Éolien : retour de dépression.

L'anticyclone installé sur le Coyan n'aura résisté que quelques mois : EDF énergie nouvelle a fait appel de la décision du préfet. La bataille pour sauver le patrimoine continue et des communes du Pays de Montsalvy, qui avaient voté contre toute installation de machines dans le ciel de la Chataigneraie il y a peu, viennent de repartir dans la stupide aventure de l'éolien défigurant payé par tout le monde au profit de quelques-uns. Cliquez sur "pays vert en danger" en haut à gauche de cette page pour découvrir le point de vue de notre correspondant en descoeuserie

CABA/SAINT-FLOUR, deux visions du service public pour l'assainissement non collectif.

Quand un terrain constructible ou une habitation ancienne ne sont pas reliés au réseau d'évacuation des eaux usées, bonjour la paperasse et les tracasseries pour les propriétaires. Officiellement les collectivités doivent créer un service public pour gérer ces dossiers. Saint-Flour et la CABA se sont mis en conformité mais l'interprétation de la règlementation a débouché (c'est le cas de le dire) sur deux situations totalement différentes. L'habitant de Saint-Flour est accompagné concrètement, celui de la CABA reçoit des instructions et doit se débrouiller avec des entreprises privées. La facture peut varier du simple au double.

L'Association de Défense de l'Environnement de la Vallée de l'Authre s'est émue de ce traitement inégalitaire. Cliquez sur "au quotidien", en haut à gauche de cette page pour découvrir son communiqué... que curieusement la presse officielle locale ne semble pas décidée à exploiter. Le Service Public de l'Assainissement Non Collectif fait partie des sujets qui fâchent dans le Cantal ; est-ce une raison suffisante pour laisser le citoyen seul face à des collectivités qui se contentent souvent de faire payer très chers des controles à l'efficacité douteuse ?  

Mise à jour du 16 septembre 2015

C'est vous qui le dites...

L'élection de Delcros n'a pas passionné les foules et ne va pas améliorer le rapport qualité/prix catastrophique  de l'inutile Sénat. Il n'empêche que des bruits circulent. Petit extrait.

Les communistes affirment n'avoir en aucun cas favorisé l'élection de Delcros. En prévoyant de se retirer au profit de Salat, représentant du PS qu'ils combattent au niveau national, n'avaient-ils pas ouvert le chemin aux pires alliances et ouvert un boulevard à celui qui s'applique, depuis des années, à tirer les ficelles pour, entre autre, gérer à moindre frais le personnel précaire de Chalinargues et de la Communauté de Pays de Murat ? Le Cantal, on s'en fout.

Leymonie le mauriacois, n'ayant pas apprécié d'être mis sur la touche par l'UMP Républicaine, n'aurait pas fait le maximum pour soutenir son "ami/adversaire", Faure, représentant de la droite agricole. Le Cantal, on s'en fout.

Les socialistes locaux auraient obligé Gérard Salat à se retirer sur ordre de Paris pour qui l'essentiel serait de nuire à l'UMP Républicaine. Le Cantal, on s'en fout.

Jarlier avait voté Hollande aux présidentielles. Delcros avait assisté au meeting de campagne de Hollande. Le retour d'ascenseur était donc normal aux yeux de certains spécialistes des embrouilles politiciennes. Le Cantal, on s'en fout. 

Considérer que la "gauche" absente au 2ème tour des sénatoriales est une faute ne fait pas l'unanimité. Point de vue de Pierre Amiral en cliquant sur "sénatoriales bis", en haut à gauche de cette page.

La crise est toujours dans le pré.

Une campagne de communication beulinesque annonce que l'"équilibre est dans le pré". Nous avons cherché mais rien trouvé de tel et ceux qui ont adressé des commentaires non plus.

En cliquant sur "pays vert en danger" en haut, à gauche de cette page, vous trouverez plusieurs réactions d'amis de Testu, un commentaire sur un article paru dans l'UNION du Cantal, une lettre ouverte de Baptiste Servans et un reportage sur des débordements d'eaux usées à Montsalvy.

Baptiste Servans, présent à la manifestation de Bruxelles a pu constater à quel point Xavier Beulin et Christiane Lambert, la paysanne de Haute Loire, sont loin de faire l'unanimité dans le monde paysan. Curieusement les médias locaux ont oublié de dire que Xavier Beulin a essuyé des colibets et a vu passer de très très près une pancarte (en carton, manche plastique sans danger), quand son arrivée en compagnie de jeunes du CNJA, lanceurs de pavés, a perturbé le casse-croute bon enfant programmé par des non adhérents de la FNSEA. 

Retombées festivalières.

Le succès de la 30 ème édition n'est pas contestable, un certain nombre de questions, souvent liées à la circulation et au stationnement, auraient pu être solutionnées avec un peu de bonne volonté.

Ouvrir la rue Paul Doumer aux piétons en la fermant complètement aux voitures a posé un certain nombre de problèmes aux riverains, aux commerçants qui finissent tard pour reprendre tôt. L'application plus que stricte des consignes données aux agents contrôlant l'accès à cette rue n'a pas facilité la vie du quartier. Quel contraste avec la capacité des forces dites de l'ordre à fermer les yeux sur des débordements autrement plus graves que le fait de laisser un proche aller chercher une personne âgée en voiture au pied de son immeuble...  

Notre correspondant des hauts plateaux d'Allanche est descendu au festival. Pour partager son vécu, cliquez sur "éclatez-vous" en haut à gauche de cette page. 

Le cumul est dans le Cantal

Avec le départ de Téran Thivat vers Cayrols, l'activité économique de Montsalvy ne va pas de l'avant. Cliquez pour agrandir.

Roi du cumul,

Vincent Descoeur les accumule…

Adjoint à la mairie de Montsalvy, président de la communauté de commune de Montsalvy, président du Conseil départemental du Cantal, du Service Départemental d’Incendie et de Secours, de Caleden à Chaudes Aigues, de la SAEM Super Lioran, administrateur d’Auvergne Numérique… et accessoirement professeur de biologie au collège Jeanne de la Treilhe à Aurillac, Vincent Descoeur ne cumule pas que les fonctions, il accumule aussi  les bourdes, certains disent les erreurs, d’autres parlent de fautes, à vous de choisir !

Développement économique.

La Zone d’inactivité de la Feuillade, inaugurée il y a juste 9 mois par toute une ribambelle de « décideurs », aveugles et cantaliens à la fois, est toujours au point mort. Aucune installation : chaussée toujours en attente de finition, litige sur des malfaçons parfaitement prévisibles… Un malheur n’arrivant jamais seul, la zone située de l’autre côté de la route a commencé à se vider : Téran Thivat Agriculture a déménagé pour Cayrols.

Gros questionnements sur la survie des deux boulangeries « mitoyennes » de La Feuillade, après mise en concurrence insensée par la communauté de communes.

Environnement.

Cliquez sur "pays vert en danger", en haut, à gauche de cette page pour découvrir une autre façon de défendre la bio-divertsité.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

FOURNIER | Réponse 08.10.2015 23.25

Ou en sommes- nous du contournement "rocade nord" de St flour qui en son temps a été reconnu d'utilité publique?

Roger BOUCHY | Réponse 02.10.2015 21.04

Bonjour
Christiane FOULIER, épouse LAMBERT, n'est pas paysane de Haute-Loire mais originaire de Massiac (15)

roche jl | Réponse 29.09.2015 01.59

une superbe diatribe
qui tend à expliquer pourquoi le Département perd tant.
y' aurait mieux à faire, dans les décisions des incapables.
Moins mal, en tout cas.

alaska | Réponse 22.09.2015 10.50

Le Cantal Rock'en'roll
après le rockabilly le ROC à Bernard...
Cà Gene Vincent... Humour...

globule | Réponse 18.09.2015 11.15

'l ump*PS même combat, détruire le Cantal, les nouvelles élections arrivent a grands pas souhaitons que les cantalienne et les cantaliens ouvriront les yeux.

Voir tous les commentaires

Commentaires

06.05 | 06:43

Merci Bernard pour ces informations
Le vérité fait vivre la démocratie il serait vraiment dommage que Testu se taise nous comptons sur toi à bientôt 😀

...
02.05 | 10:27

Bravo Bernard pour ce que tu as fait. Il faut maintenant organiser la passation de Testu aux citoyens qui peuvent et veulent le faire vivre. Réunion ? Quand ?

...
02.05 | 08:40

Et toujours et encore le "Decorum"!!
Cela n'a rien d'étonnant!!

...
01.05 | 21:52

Ici c'est .... Testu ! Ici c'est Testu !!! Une bien belle tribune..
Merci Bernard souhaitons que le plus grand nombre de citoyens découvre leur pouvoir d'agir !

...
Vous aimez cette page