Qui pour succéder au Roi René ?

15 décembre 2015. Front ou débâcle ?

Munich ?

Quand le parti socialiste a retiré ses listes dans le nord et le sud est pour battre laliste du front national, il a commis quatre fautes majeures :

La première contre lui-même, contre l'idéal socialiste car il se fait hara-kiri ; il disparaît pour six ans  du paysage politique de ces deux régions grandes,  riches, très peuplées ; il  hypothèque lourdement  ses espoirs de retour sur la scène politique régionale.

La deuxième, à l'encontre de ses électeurs ; il les abandonne après les avoir sollicités, après leur avoir expliqué que son projet était meilleur que les autres, après les avoir mobilisés, utilisés pour sa promotion ; il leur dit de voter pour ses adversaires sous prétexte qu'il y en a  plusieurs et qu'il existe entre eux un ordre hiérarchique.

La troisième, à l'encontre de la morale républicaine. Il dit que le FN est dangereux et il refuse d'aller le combattre, il laisse ce soin aux autres ; il refuse de résister activement, de servir ceux de nos concitoyens qui ont besoin de lui. Dans un ensemble de deux cents conseillers,  30 conseillers socialistes avisés,  appliqués,  courageux, pugnaces peuvent former un noyau efficace. Par ailleurs, et Jaurès l'a très bien dit, quelles que soient les circonstances, le courage et le devoir, c'est de continuer le combat.

Sa quatrième faute, c'est qu'il insulte l'avenir. Il considère que 40% d'électeurs frontistes cela représente un péril et tout ce qu'il trouve à faire c'est de chercher à les éliminer artificiellement. Il pense avoir conjuré ce péril en les empêchant, artificiellement je le répète, d'arriver au pouvoir dans une région donnée ; c'est l'esprit de Munich, c'est Daladier et Chamberlain en 1938 qui croyaient avoir sauvé la paix en reculant devant Hitler… Mais ces 40% de citoyens, ils existent, ils sont loin d'être tous des "fascistes", pour la plupart d'entre eux, ils se trompent, c'est tout ;  vouloir les exclure du jeu politique, partant de la société, est une erreur et une faute grave car  ils voudront exister autrement et comme aurait Victor Hugo, "ce serait une erreur de croire que ces choses finiront par des chants et des apothéoses !"

Ces quatre fautes sont aggravées par l'impavidité d'un premier ministre, sûr de lui, insensible au drame de ceux qu'il force à se retirer et de ceux à qui il demande de voter pour des gens dont ils combattent les propositions depuis des années et des années.

Merci Jean Pierre Masseret d'avoir tiré la sonnette d'alarme et sauvé l'honneur.

PA

Désenfumage régionales, suite.

Enfin nous aurons les plus grandes régions d'Europe ! Nos politiques ont fait de leur superficie  un critère essentiel mais se pose aussi la question des compétences et des moyens.

Il n'est jamais trop tard pour savoir.

Superficie moyenne d'une région française avant la réforme 26 000 km²(superficie de la région Auvergne), après la réforme  42 400 km² ( 45 200 pour la France continentale). Superficie d'une région espagnole 30 000 km², d'un land allemand 22 500 km², d'une région italienne 15 000 km², d'une région belge 10 200 km² (comme le département de la Gironde), d'un land autrichien 9 300 km² (comme le département de l'Aveyron), d'un canton suisse 1580 km² (le quart du Cantal). Nous sommes de loin les meilleurs !

Rhône-Alpes-Auvergne avec 70 000 km² sera deux fois plus grande que la Belgique ou la Catalogne (30 000 km²), Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin sera aussi grande que l'Autriche, soit deux fois la superficie de la Suisse.

En Allemagne le land de Brême n'a que 404 km², la Sarre seulement 2570 km², soit la superficie de l'arrondissement de Saint-Flour. En Espagne la Rioja est plus petite que le Cantal. En Italie le Val d'Aoste a la même superficie que les arrondissements d'Aurillac et de Mauriac réunis.

Il n'y a pas de taille idéale, en Allemagne et en Espagne ce sont les régions les plus petites (lands de Brême et de Hambourg, Pays Basque, Navarre) qui ont le plus fort (ou l'un des plus forts) PIB par habitant. En Espagne ce sont les les régions les plus grandes (dont l'Andalousie, plus vaste que la région Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin) qui sont les plus pauvres.

Population moyenne d'une région française avant la réforme 2 900 000 habitants, après la réforme  5 100 0000 d'habitants (5 500 000 pour la France continentale), d'une région espagnole 2 800 000 habitants, d'un land allemand 5 100 000 d'habitants, d'une région italienne 3 000 000 d'habitants, d'une région belge 3 800 000 d'habitants, d'un land autrichien 940 000 habitants, d'un canton suisse 310 000 habitants.

Nous sommes encore les meilleurs avec l'Allemagne, mais avec des régions deux fois plus étendues.

La région Rhône-Alpes compte déjà plus d'habitants que le Danemark, la Finlande, la Norvège...avec l'Auvergne elle égalera la Catalogne ou la Suisse.

Qu'en est-il des moyens ? Avec une population d'environ 4 millions d'habitants le land de Rhénanie-Palatinat et la région Toscane ont respectivement un budget 10 fois et 4 fois supérieur à celui de Rhône-Alpes (6,3 millions d'habitants).  Le budget de la Galice qui ne compte que 2,7 millions d'habitants est plus du triple de celui de Rhône-Alpes. Avec une population égale le Pays de Galles a un budget vingt fois supérieur à celui de la Bretagne administrative. Le budget des 13 futures grandes régions françaises dépassera à peine celui de la Catalogne.

Pour les budgets nous sommes les derniers...

La compétence des régions. L'Allemagne, la Belgique, l'Autriche, la Suisse sont des états fédéraux. Chaque land, région ou canton dispose d'un gouvernement et d'une assemblée, a sa prope constitution, adopte des lois, collecte des impôts qui lui sont propres.

L'Espagne et l'Italie sont des états régionalisés où la décentralisation peut aller jusqu'à l'autonomie législative. En Espagne les compétences transférées par l'état diffèrent d'une communauté à l'autre (en Espagne la région s'appelle communauté). Seules la Navarre (650 000 habitants) et le Pays Basque déterminent librement l'ensemble des impôts auxquels sont assujettis les habitants et les sociétés implantées sur leur territoire. En Italie, cinq régions, dont le Val d'Aoste, ont un statut spécial leur donnant plus d'autonomie.

Pour le Royaume Uni c'est très particulier, en Angleterre (85 % de la population) les régions ont un rôle purement administratif et fonctionnel : aménagement du territoire, développement économique. En 1998, l'Ecosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord ont bénéficié d'une dévolution qui leur donne le pouvoir législatif dans plusieurs domaines : santé, éducation, transports…

La France est  un état décentralisé (pas régionalisé), les régions n'ont pas beaucoup de moyens et peu de pouvoir.

Le gouvernement aurait pu, comme ses voisins espagnol et italien, faire une véritable régionalisation par un transfert de compétences de Paris vers les régions, ce qui aurait « boosté » les actuelles capitales régionales. Il a choisi de procéder à une métropolisation, donc renforcer des territoires qui sont déjà hégémoniques culturellement et économiquement. Qu'adviendra-t-il des territoires périphériques comme le Cantal ?

Chez nos voisins les « régions » ont un sens culturel, historique et économique. La Bavière, l'Andalousie...ne sont pas des créations récentes, elles ont plus plus de 1000 ans d'histoire.  Certaines de nos nouvelles régions ne sont que des grands espaces économiques et administratifs, le principal objectif est qu'elles soient parmi les plus grandes d'Europe. Beaucoup de citoyens ne vont pas s'identifier à ces territoires, mais quelle importance, là n'était pas le but recherché.

Il n'y aura pas de révolution, l'Europe a été un faux-prétexte pour justifier une « recentralisation » et la métropolisation.  Nos super-régions auront toujours moins de moyens et beaucoup moins de compétences que celles des  autres états européens.

F.D.

Candidature citoyenne

Danielle Arpaillanges 62 ans Lieu de vie : Aurillac
Vie associative : Présidente des malentendants du Cantal (ARDDS 15)
Retraitée :  chargée de portefeuille dans un  cabinet d'expertise comptable


"Pourquoi je m'engage

sur la liste 100 % Citoyen et les régionales" 

"Cette liste ne représente  pas un parti mais une rencontre de citoyens aux compétences complémentaires et variées ayant envie de davantage de démocratie participative avec de nouvelles approches des défis actuellement rencontrés notamment en matière d'éducation, d'emploi, de transport et de développement.
Tous les partis, leurs incessants va et vient, leurs disputes affligeantes, leurs accros au pouvoir, et même parfois leur malhonnêteté dégoutent la majorité des citoyens qui envisagent de ne plus voter alors même que  le vote est notre liberté ! 
Les décisions qui vous concernent directement et impactent votre vie au quotidien voire à plus long terme ne sont pas prises à bon escient, les citoyens doivent se faire entendre, se faire respecter et voir leurs  souhaits et leurs besoins pris en compte.
Le "droit d'alerte citoyen" et les "conférences citoyennes" que propose 100% Citoyen ainsi que le non cumul des mandats vont dans le sens de la "réparation de la démocratie". 
Le soutien au numérique va favoriser l'emploi dans la Région, c'est un atout certain pour le Cantal toujours enclavé.
L'économie participative et l'économie locale sont indispensables pour assurer un avenir serein et durable aux habitants  de notre territoire.
Ces deux éléments font partie des principaux objectifs  de la liste 100% Citoyen. 
Avec 10 % des suffrages notre liste pourra peser dans les décisions de la grande Région. Les citoyens du Cantal auront  ainsi la possibilité d'être entendus. Eric Lafond, notre tête de liste régionale ainsi que les membres de la liste 100 % CITOYENS ont  les compétences et la motivation nécessaire pour vous (pour nous) représenter sans condition.
Ainsi l'alternative citoyenne, innovante et modérée de 100 % Citoyen dont le Cantal a besoin me convient parfaitement." 

Danielle Arpaillanges nous demande de bien vouloir rajouter une proposition à la liste de celles publiées ci-dessous : 

"L’accessibilité et le handicap : des mesures gouvernementales ont été prises mais elles ne suffisent pas et l'on y décèle quelques reculades récentes en la matière.

 

Il faut informer les citoyens en s'appuyant sur les réseaux associatifs existant et en  favorisant leur développement. Il faut également informer et  former les professionnels.

Ces sujets délicats ne doivent pas être des contraintes mais au contraire favoriser  de nouvelles relations entre tous pour le mieux vivre ensemble". 

 

Propositions d'une liste citoyenne

100% CITOYENS : le CANTAL à 100%

en AUVERGNE-RHONE ALPES

Le Cantal va faire son entrée dans la grande Région Auvergne-Rhône Alpes (aussi grande que la Finlande !)

On change d'échelle économique, touristique et humaine. Il va falloir grimper les barreaux et s'activer pour que la métropole lyonnaise, "capitale" de la Région nous hisse vers les hauteurs que nous méritons.4 Conseillers régionaux pour le Cantal : c'est avec une pugnacité à 100%, une indépendance à 100% et une assiduité à 100% qu'ils seront compétents et efficacesD'où notre Charte 100%Citoyens exigeant 1 seul mandat, renouvelable une seule fois et un protocole de comptes-rendus réguliers en ligne des projets suivis et des frais engagés.Il y a tant à faire pour le Cantal à la Région qu'un Conseiller Régional à 100% ne peut assurer X mandats à la fois, au risque de se disperser et être inefficace ...

Sur quoi devons nous jeter toutes nos forces d'élus de cette nouvelle région ?

1- le préalable à tout : ENTRER ET SORTIR FACILEMENT DU CANTAL

Le Cantal est loin de tout, il faut que cela change et c'est maintenant;, a l'entrée dans cette nouvelle région qu'il ne faut pas louper le coche !

Inutile d'enfumer les citoyens avec la soit -disant équité entre les territoires sans cette priorité.

Il faut être réaliste et efficace donc choisir, et traiter à fond un des 3 moyens : route, train, avion.

Pour nous, c'est la route d'abord : c'est la voie de communication ouverte à tous les citoyens et l'anticipation vers les modes de circulation d'avenir (véhicules propres et intelligents, covoiturage, bus, bornes de ravitaillement électrique...)

Puisque l'Etat n'a rien fait depuis 10 ans, la Région doit etre le pilote des autres collectivités avec un programme à 10 ans de contournement de tous les bourgs traversés par la RN 122.

2- Le NUMERIQUE :

Le Haut Débit, c'est l'autoroute virtuelle mais essentielle pour chaque citoyen cantalien (au meme titre que les déplacements physiques):

La Région doit faciliter et déclencher l'accès et l'appropriation de cet outil

- dans la vie professionnelle : création et évolution des entreprises, TPE,PME, relocalisation d'emplois publics et para publics, formation continue, télétravail.

- dans la vie privée, culturelle, associative et touristique: le numérique est indissociable de la création, réalisation et communication de tous les évènements festifs et associatifs, du plus modeste au plus ambitieux.

3- le TOURISME :

 Le Cantal et l'Auvergne sont dans le Top 10 des plus belles régions du Monde (Lonely Planet). Il faut que cela se sache et nous amène du monde

- Créons un "Plan Neige " de complémentarité entre les stations des Alpes et les stations d'Auvergne (et donc le Lioran)

- Nous avons une identité et de forts Pôles Nature (barrages, volcans ...): la Région doit doper la création et la modernisation d'activités et d'hébergements sur ces pôles pour attirer des séjours.

4 - L'AGRICULTURE : Un grand atout du Cantal, un savoir-faire et un savoir-être

Pas de Nature préservée sans agriculteurs donc pas de Cantal sans agriculteurs.

Un objectif : le maintien et la reprise des fermes de taille moyenne mais viables pour des familles, en successions ou en nouvelles installations.

Nos agriculteurs veulent vivre de leur production et sortir de l'asservissement aux multinationales La Région doit les aider à retrouver le lien direct avec le consommateur privé ou public, réduire leurs couts de production, et vendre au juste prix .

La Région doit donc aider :

- à l'installation et conversion au bio et à la diversification des productions

- à la création et mutualisation d'outils de transformation des produits pour créer de la valeur ajoutée (abattoirs, découpe, fromages et laitages, plats cuisinés...)

- à la mise en place de plateformes de commercialisation directe pour des acheteurs privés et publics (par ex. les restaurants scolaires de Lyon ,Grenoble ...)

5 -ARTISANAT, TPE et PME :

Développer l'emploi dans le Cantal, c'est permettre aux artisans, TPE et PME d'embaucher :

La Région doit soutenir fortement les investissements générateurs d'emplois de ces entreprises et faciliter les démarches, notamment de transitions énergétique et numérique.

6- EDUCATION ET FORMATION

L'éducation et la formation conditionnent l'avenir et l'emploi; elles ne sont pas l'apanage des métropoles.

Nous voulons ouvrir les lycées toute l'année (et non seulement 145 jours /an)

Ces lieux, propriétés de la Région sont tout a fait appropriés pour :

- repenser l'orientation des jeunes (souvent décisive au lycée) avec des liens lycée-entreprises renforcés et tournés vers l’emploi

- organiser la formation continue nécessaire à chacun tout au long de la vie  en direct ou par  téléenseignement

- ouvrir le monde associatif aux jeunes (humanitaire, social, culturel, sportif…)

Dans le Cantal, la Région doit :

renforcer les formations post-bac du Pole Universitaire d'Aurillac

et promouvoir autour de ces formations la création d'un Pôle d'Excellence Agroalimentaire.

-          Une région ouverte à tous et simple, c'est aussi

-une antenne régionale de la Région digne de ce nom à Aurillac: la localisation ailleurs qu'à Lyon, donc à Aurillac (préfecture la plus lointaine) pour le Cantal d'un certain nombre d'emplois de la Région pour éviter de reproduire à l'échelle régionale le jacobinisme de l'Etat.

.La Région doit montrer l'exemple en terme de relocalisation d'emplois publics.

- Il faut un vrai choc de simplification tout de suite, dès le regroupement des services  Région Auvergne avec Rhône Alpes: actuellement l'accès aux aides de la Région est "un choc de complexité" décourageant.

L'accès aux services et différentes aides de la Région doit être considérablement simplifié.

Plus c'est simple, plus c'est accessible, moins on a besoin d'être encadré et moins on perd de temps et d'énergie. 

Nous élus 100%CITOYENS, nous serons vigilants pour que la Région :

- soit au service de 100% des citoyens

- soit au service de 100% du territoire

Nous 100%Citoyens du Cantal voulons être à 100%Citoyens d'Auvergne-Rhône Alpes 

La liste 100%Citoyens Cantal :

Nicole Soulenq Coussain, Michel Fabre, Danielle Arpaillanges, Michel Champeil, Mélanie Vannaire, Corentin Bélard

Superbe exemple d'enfumage

Des régions trop petites !

Sans doute pour nous faire accepter la réforme territoriale les médias et les élus de la majorité et – quelques-uns de l'opposition - nous ont dit que nos régions étaient trop petites, bien plus petites que celles de nos voisins européens.

Dans La Montagne du mercredi 10 novembre 2014 il était écrit « Le gouvernement veut en effet des régions de taille comparable aux régions allemandes ou italiennes ».

Faisons parler les chiffres. Actuellement la superficie moyenne d'une région française est de 26 000 km², soit la taille de l'Auvergne. La superficie moyenne d'une région allemande est de 22 500 km². En Italie toutes les régions sont plus petites que l'Auvergne, leur superficie moyenne n'est que de 15 000 km².

La population moyenne d'une région allemande est de 5 millons d'habitants, celle d'une région italienne de 3 millons d'habitants d'habitants et celle d'une région française de 2, 9 millons. Le Val d'Aoste en Italie compte 130 000 habitants, le länder de Brême en Allemagne 650 000 , l'Auvergne 1 440 000 et Rhône-Alpes 6 300 000, soit la population moyenne d'un état des États-Unis d'Amérique.

Après la réforme territoriale la population moyenne d'une région française sera équivalente à celle d'un länder allemand, mais avec une superficie moyenne deux fois supérieure, égale à celle de la Suisse ou des Pays-Bas ; tous les länder allemands sont plus petits, à l'exception de la Basse Saxe et de la Bavière. Cette dernière a la même superficie que la future région Rhône-Alpes -Auvergne, soit plus de deux fois la Belgique. La région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes sera, elle, plus grande que l'Autriche.

Les régions allemandes et italiennes ont du sens du point de vue historique et/ou culturel. La Bavière a une histoire millénaire, Brême était une ville hanséatique, en Val d'Aoste on parle italien, français et franco-provençal …Ceci explique les disparités entre les régions allemandes et italiennes, au niveau de la démographie et de la superficie.

Pour « dessiner » les futures régions françaises nos gouvernants ont peu tenu compte de l'histoire et de la culture et ont même souvent fait abstraction de la géographie (relief, bassins versants, distances,voies de communication, déplacements domicile-travail, destination des étudiants …).

Mâcon, ville « satellite » de Lyon n'appartiendra pas à la grande région RhôneAlpes-Auvergne, Aurillac qui n'a jamais appartenu et n'appartient pas à l'aire d'influence de Lyon appartiendra à cette vaste région. Les savoyards et les cantaliens ont une histoire et une culture bien différentes. Les habitants de Thonon-les-Bains, de Villeurbanne et de Maurs (cité du sud du Cantal) peuvent-ils avoir le sentiment d'appartenir à une même région ?

L'on peut être fier d'être lombard, toscan, bavarois, normand... mais peut-on se dire habitant de l'ensemble « Alsace-LorraineChampagne-Ardennes » ( il faudrait peut-être dire « nord-estois » ou « alcaïen ») et en être fier ! Un pêcheur de Saint-Jean de Luz et un éleveur de la Combraille Marchoise peuvent-ils s'identifier à un même territoire ?

Les habitants de départements ou d'arrondissements périphériques, éloignés des centres de décision, vont-ils s'investir pour un territoire auquel ils n'ont pas le sentiment d'appartenir ? Pour eux la réforme territoriale ne sera t-elle pas perçue comme une « recentralisation » et la nouvelle région comme une vaste circonscription administrative ? Quelles en seront les conséquences pour la vie démocratique ?

FD

Un point de vue partiel... mais concret.

Projets pour le Cantal, par François Vermande et « Debout la France »


Les enjeux de la régionalisation n’ont pas à être conditionnés par les évènements dramatiques actuels.
Puisque la loi nous propulse vers Lyon, nous devons  en tirer profit et faire respecter le « PROGRAMME CANTAL » :
- la voie ferrée Clermont/Toulouse ENFIN opérationnelle et économiquement en croissance ;
- la RN122 – contournement d’Aurillac, axe Murat/St Flour, travaux d’ouverture pour rejoindre l a 20- ENFIN en grands travaux ;
- la liaison aérienne Aurillac/Lyon ENFIN analysée pour être vecteur d’économie ;
- des pôles de compétitivité économique ENFIN mis en place en priorité sur le Bassin d’Aurillac ;
- des « emplois publics » ENFIN relocalisés dans le bassin d’Aurillac.
Je continuerai à le réclamer auprès de l’Etat : il faudra faire de même auprès de Lyon !

Le CANTAL aurait donc ENFIN un aménagement du territoire mieux servi par Lyon que par Clermont ces dernières années !...

FV

et pan sur la tête au Roi René et ses vassaux, c'est nous qui rajoutons la précision et profitons de l'occasion pour faire remarquer qu'aucune femme ne nous a contacté pour faire passer ses propositions ou sa vision de la future Région ( "R2A" ?).

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

L'Idiot | Réponse 04.12.2015 11.10

Mes salutations respectueuses au Modem Cantal, qui a eu l'éthique de cesser de hurler avec les loups soi-disant républicains !

Voir tous les commentaires

Commentaires

19.09 | 13:37

Aie aie aie ferme ta bouche Testu, tu en dis trop... Tu vas nous en énerver plus d'un. Les heureux élus peuvent aussi refuser ces "émoluments" !

...
19.09 | 11:52

le volume des déchets avait été très mal évalué par les élus. Le COLSEB par son action a protégé la biodiversité fait évité en sus des dépenses inconscientes.

...
13.09 | 10:33

Youpie, Testu reste dans la place, ne baisse pas les bras et nous offre un florilège de brèves. Vous avez failli nous manquer. Manquerait plus que ça !

...
09.08 | 14:38

Bonjour
L'économie, comme vous le remarquez semble la solution adaptée. Mais qui ira expliquer aux peuples "émergents" qu'il faut ne pas vivre comme nous ?

...
Vous aimez cette page