Condamnés à rire jaune ?

Cliquez pour agrandir. Rond point Géant Casino : à vous les commentaires...
Cliquez pour agrandir. Ralentissement compris, arguments très souvent partagés.

Les gilets condamnés à rire jaune ? 

Samedi 17 novembre, 8 heures 45, parking du Prisme à Aurillac. Bain de foule sur le parking du Prisme. Quelques visages connus, des centaines de gilets jaunes découvrant, pour beaucoup, l’ambiance d’un début de manifestation. Simple porte voix portatif, dernières banderoles préparées sur place à la bombe de peinture sur un vieux drap. « Stop aux Racket ».

« -Si tu mets un « X » à « aux », il faut un S à « Rackets ».

Très clairement tout est fait maison, des organisateurs autoproclamés ou cooptés entre copains, le tour est joué. Foule ultra disciplinée, belle leçon pour les organisateurs habituels qui ont souvent bien du mal à faire démarrer les cortèges des manifestations « classiques ». Sur la forme tout est bien huilé ; parfaite entente entre la police et la tête du défilé. Une demande d’autorisation de manifestation a été déposée. La préfecture a joué le jeu. La journée ne pouvait être que réussie, le programme annoncé a été respecté : trois ronds points, des parkings, la préfecture… la population a eu peur des blocages, les grandes surfaces sont désertées.

Sur le fond des revendications, comment dire, bien malin qui pourrait lancer un slogan fédérateur. Stop au Glyphosate, refus de payer l’impôt, arrêt de la taxe carbone et des taxes en général, démission de Macron, refus des politiques, pouvoir d’achat ou de ne pas acheter, lassitude de tirer le diable par la queue…

Après un samedi réussi, poursuite du mouvement toute la semaine sur Aurillac avec deux points forts : le carrefour de Géant Casino où des effluves alcoolisées ont provoqué quelques débordements et la Préfecture où l’ambiance bon enfant a toujours été respectée. Cabane construite de palettes, cartons, bâches, deux vieux canapés, poêle, café chaud, stock de pain, charcuterie, gâteaux souvent donnés par des gilets jaunes… Cabane illégale, non officielle mais tolérée par la Préfecture. En permanence deux policiers veillent au grain, tout dérapage entraînerait l’interdiction pure et simple.    Chaleur humaine, sourires mais aussi certitude qu’il sera difficile de se faire entendre de l’Élysée. Discussion sur le sens de l’expression « faire de la politique » avec les occupants, des « riens » aurait dit Macron. Accord trouvé : on fait bien de la politique mais on refuse toutes les étiquettes de l’extrême gauche à l’extrême droite.  

Tout ce qui est sincère est respectable. Qui pourrait, sérieusement, soutenir que la démocratie fonctionne sereinement dans le pays depuis des décennies ? Aujourd’hui, réseaux sociaux, ou pas, tout le monde est au courant de tout : le train de vie fastueux des donneurs de leçons rend totalement inaudibles leurs discours. Conséquence immédiate : la montée de l’abstention débouche sur des majorités légales mais absolument pas représentatives et donc très rapidement contestées*. La faute à qui ? Au-delà des personnes qui profitent du système, c’est le système lui-même qui a déraillé. La finance mondialisée gouverne à la place des politiques qui jouent les professionnels… Numérisée, l’action sociale s’est totalement déshumanisée. Informatisés les services publics ne sont plus accessibles : un écran d’ordinateur n’a jamais souri à un interlocuteur et la confiance passe souvent par un sourire.

À propos de la goutte de pétrole qui a fait déborder le vase.

Achetez Diésel. Vendez votre Diésel, changez votre chaudière, vous polluez. La taxe carbone vous incitera à moins consommer, à moins polluer… de notre coté on supprimera le fret ferroviaire et on développera, sans les taxer, le transport aérien et maritime… l’émergence des gilets jaunes vous surprend ?

De son palais, le président a affirmé avoir honte après l’occupation des Champs Élysées : a-t-il honte d’avoir provoqué la montée de la colère ? A-t-il honte d’avoir méprisé les corps intermédiaires et d’avoir favorisé l’émergence de mouvements spontanés incontrôlables ? Nul ne sait… il n’a pas honte d’avoir laissé son ministre de l’intérieur annoncer 80 976 gilets jaunes ? Comment Castaner s’est-il débrouillé pour compter, à l’unité près, les gilets jaunes ? Là comme ailleurs, enfumage, jamais honte de mépriser à ce point la population ?

*2ème tour élection législative partielle en Essonne 25 novembre. 

72 200 inscrits, 59 500 abstentionnistes. Le candidat de la République en Marche l'emporte (7 500 voix) contre la candidate de la France Insoumise (5 200 voix). 82,4 % d'abstention, encore plus qu'au 1er tour. Ceux qui nous gouvernent ou aspirent à nous gouverner n'ont pas honte de dégouter à ce point les électeurs ? 

Bernard Bonhoure.

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

Mon journal pendant la drôle de révolution.

( Samedi 24 novembre 2018)

Du jamais vu : à la télé, dans le poste, la prise de la Bastille en direct. Depuis ce matin, aux alentours de 9 heures, à Paris, les Gilets jaunes se répandent dans le quartier des Champs-Elysées, avec l’intention - supposée - d’aller cerner le Président en son repaire. Fritage intensif entre Gilets, CRS et Gendarmes mobiles … 14H45, deux nénettes interviewées sur France Info. Le reporter : - Alors, vous êtes là depuis ce matin, comment ça s’est passé ? - L’une des deux : - Eh ! Bien, on était là, on faisait rien et puis les CRS ont commencé de charger les Français … (!!!) Fermez le ban ; vous avez compris ? Mais où va-t-on don’ ?

Pour mémoire : L’Elysée, jeudi 22 novembre, en fin d’après-midi. Des 36 000 communes recensées, un peu plus de 2 000 maires invités ; 34 000 autres  négligés, donc. Sur place, quelques ébaubis ravis posant au monarque des questions sur l’air : « Oh ! Merci not’ bon maître de nous recevoir en ce si beau lieu ... » On pouvait même distinguer dans la troupe le référent En marche du Cantal qui semblait lui-même baigner dans un bonheur non dissimulé, une forme aboutie d’innocence quelque peu vaniteuse. Que ce cirque convenu pouvait-il changer à la grogne populaire ? Rien, bien sûr. Le maître des lieux avait d’ailleurs tout l’air d’être un rien excité, comme dopé, en tout cas suffisamment emporté pour ne pas juger bon devoir trouver quelque ébauche de moindre solution..

Pour avoir participé à un conseil municipal et à un conseil communautaire deux pleins mandats, je sais d’expérience combien d’élus mollassons ont laissé faire tant de pseudo réformes qui auront très concrètement contribué à la ruine du pays et de ses habitants (paupérisation pour tous). Autant dire que le mégalo Jupiter ne porte pas seul la responsabilité du désordre dans lequel nous baignons : SARKOZY et son mortifère Grenelle de l’environnement qui permit l’éclosion et la croissance des « idées » écolo-bobos sources de tant d’actions absurdes et dégénératives ; HOLLANDE et sa catastrophique réforme territoriale dont on n’a pas fini de payer les conséquences néfastes et fâcheuses. Ces deux là, déjà, et leurs partisans (clients) feraient déjà mieux de la boucler et de sortir du grand débat qui s’annonce. Ils sont, l’un et l’autre, totalement disqualifiés.

Cela dit, dans la situation dans laquelle nous nous trouvons, quant on entend Jupiter faire part jeudi pour le mardi suivant de l’annonce de réformes avec cette idée « géniale » de dégonfler la manifestation du surlendemain (!!!) ou entendre le mistigri gouvernemental qui sévit à l’Intérieur dénoncer « le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie … des gilets jônes » ( ???), on se dit que le monde est bien mal parti.

La création du géographe Christophe GUILLUY fait recette. « La France périphérique » (qui n’en peut plus d’être traitée comme telle) est au rendez-vous. Que chacun lise le livre, si décrié des bobos en cour – investissement nécessaire, peu onéreux : Collection de poche CHAMP / Flammarion - 6€. A la page 72 : « Si la colère des classes populaires n’a pas encore de débouché politique concret, ce n’est qu’une question de temps. » Hommage au nez creux du géographe  car ces lignes ont été écrites en 2014.

16 heures. Sur les chaînes info en continu, le spectacle se poursuit. Nul n’est besoin d’être grand clerc pour comprendre que l’affaire n’est pas terminée. Le monarque est-il à cette heure à préparer son bagage ? Préparer la fuite à Varennes ? On y vient. L’histoire se poursuit.

À suivre … Jean-Claude Muet.

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

Gilets jaunes aux portes

du temple de la consommation.

Alors que les magasins alentours, proposent des baisses drastiques, des cadeaux en euros et des soldes pour le « Black Friday », les « gilets jaunes installés sur le rond point de l’Europe, manifestent pour beaucoup, l’impossibilité qui leur est faite, d’acheter toutes ces merveilles, soi-disant bradées. Jeudi, le mouvement semblait s’installer pour durer. C’était aussi le souhait de tous ceux qui se relayaient, pour « tenir le camp ». Ne rien lâcher, continuer la lutte, manifester ! Pas d’organisateur, pas de leader, une ambiance bon enfant, des gens de toutes opinions politiques (ou sans opinion), ne souhaitant pas être récupérés. Simplement là pour manifester leur ras le bol, leur sentiment d’abandon, crier leur colère. Car, au-delà du « politique » et des récupérations tentées, il y a ici un agrégeât de colères diverses, qui toutes veulent s’exprimer et se montrent  en arborant le gilet jaune, aussi moche soit-il.

Pas de blocages. Le mot d’ordre est de laisser passer. Juste de rester là, statique. Et ce sont les automobilistes, qui s’arrêtent d’eux-mêmes. Ils font une pose dans leur trajet, saluent les manifestants, discutent quelques minutes avec eux. Les gilets jaunes offrent des chocolats, un café. La majorité, depuis son véhicule y va d’un mot d’encouragement, d’un remerciement. C’est surtout « merci » qu’on entend, ou bravo, et continuez. Comme si les passants se sentaient redevables envers ceux qui stationnent dans le froid, et portent par procuration leur colère. «Qui sème la misère récolte la colère». «Macron démission». «Macron rend le pognon». «Jupiter descend sur terre, tes gueux sont dans la rue», proclament des draps blanc tendus à la bonne fortune entre deux piquets. Personne ne klaxonne à l’arrêt, c’est quand ils roulent que camions, motos, autos, manifestent soutiens et colère, en jouant de l’avertisseur sonore.

Sur le terre-plein central se trouve le centre névralgique. Devant un abri de fortune, un feu de palette, une marmite de café, des viennoiseries, des nourritures diverses, amenées par les amis ou de simples passants qui, exprès, font le détour. D’ailleurs, c’est toujours un défilé permanent de ceux qui viennent, encourager, dire simplement bonjour, échanger quelques mots qui réchauffent. Il est très difficile de qualifier tel ou tel (passant ou immobile) de manifestant, tant l’unanimité semble pour l’instant de mise, pour crier « ça suffit » ! Une anecdote qui pourrait être drôle, hormis ce qu’elle recouvre. Des « faux » gilets jaunes installés un peu plus loin, qui frappent au carreau des autos et demandent de l’argent, soi-disant pour le mouvement… Avertis, plusieurs manifestants vont vertement leur dire de cesser de telles pratiques. Il ne s’agissait que d’une vulgaire escroquerie, mise en place par de fieffés opportunistes…  Les gilets jaunes ne réclament pas d’argent. Si quelqu’un veut donner, il se gare sagement, rejoint le centre du rond-point et verse son obole. C’est tout ! En l’état actuel du mouvement, tout est gratuit, bénévole. Même et surtout la colère.

Serge Menini

17/11 : 8 heures 45
17 /11 : 8 heures 50.
Rapport avec mai 68 pas évident.
17/11 : 9 heures, foule ultra attentive.
17 / 11 : 9 heures 5, départ pour former le cortège.
9 heures 15 : retardataires, gilet un peu ample...
Pas faux, même si l'orthographe est à revoir.
22/11 : occupation du terrain devant la préfecture sans le moindre débordement.
Cliquez pour agrandir. Parfaite coordination avec la police.

Tout ça pour quoi ?

Dans le Cantal, les gilets jaunes ont exprimé leur ras le bol sans rien casser : seront-ils mieux écoutés pour autant ? Ils le méritent autant que bien d'autres habitués des feux de pneus devant la préfecture ou les batiments publics.

B.B.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

Michel Verniole | Réponse 28.11.2018 17.56

Même les poissons rouges aux fins de mois difficiles ont de la mémoire....
A bientôt Jupiter sur nos belles routes de France

l'Idiot | Réponse 28.11.2018 16.21

Bravo pour votre pluralité de vues sur un même sujet. Il y eut les bonnets rouges. aujourd'hui les gilets jaunes, pourvu que demain ne soit pas vert de gris...

Pierre Bernard | Réponse 27.11.2018 19.20

bon reflet de l'ambiance

Nicole MULLER | Réponse 27.11.2018 13.26

très interessants témoignages qui confirment mes impressions d'automobiliste sans gilet jaune mais insoumise soutenant le mouvement

Contre les gilets jaunes et leur monde | Réponse 27.11.2018 12.34

Quel baratin alors que Gilles Lacroix du RN et ses acolytes ont paradé à vos côtés sans se faire éjecter. Et pas un mot sur le "village gaulois réfractaire" ?

Pierre Bernard 27.11.2018 19.23

C'est une manif citoyenne de raz le bol , de colère et pour la défense du pouvoir d'achat! c'est vrai que la France est encore pleine de villages gaulois!

bernard bonhoure 27.11.2018 14.10

D'après vous qui était aux cotés de qui ? C'est quoi "le village gaulois réfractaire" ?

Voir tous les commentaires

Commentaires

13.10 | 12:01

Balle au centre à Aurillac centre droit contre centre gauche.Moins à droite risque de profiter de ce milieu politique pour le Moins flou

...
01.10 | 17:09

Vous avez raison pour l'avenir ! Avec le nucléaire, des million d'années de radiations : Une éternité. Le problème réel de l'éolien c'est le fric mal dépensé...

...
01.10 | 07:35


Nous qui sommes d'anciens cantaliens exilés dans le LOT ,nous apprécions ces nouvelles et surtout la liberté d'expression si peu commune dans nos journaux

...
30.09 | 07:55

Continuons avec nos "centrales nucléaires" Un bel avenir!!!!!!!!

...
Vous aimez cette page