Canicule météo et politique.

Mise à jour du 6 septembre 2015

Depuis des années, tous les deuxièmes jeudis de chaque mois, de 18h à 18 h30

un « Cercle de Silence »

se forme Place des droits de l'homme à Aurillac en solidarité avec les migrants...

Au regard de l'actualité,

nous appelons à un large rassemblement citoyen pour

l'hospitalité

en  Solidarité avec les réfugiés et les migrants.

Nous vous proposons de nous retrouver

Le jeudi 10 septembre 2015 à 18h00

pour former le Cercle de Silence 

autour de la statue des droits de l'homme à Aurillac.

(Rassemblement citoyen, chacun venant en son propre nom)

 _________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________

Bernard Delcros élu sénateur, la PPS

(Pire Paire de Sénateurs) de France

est en place.

Cliquez sur "sénatoriales bis" en haut à gauche de cette page.

 

 

Reprise de feu chez les pompiers

Cliquez sur "pompiers" en haut à gauche de cette page.

Mise à jour du 3 septembre

C'que je dis, c'que je fais :

FDSEA/JA/Républicains/Radicaux/Socialistes

face à leurs contradictions.

Si les producteurs de Champagne, de Médoc ou de Bourgogne s'étaient mis en tête de concurrencer les vins espagnols, australiens ou argentins, s'étaient mis en tête de faire de plus de piquette pour compenser le perte de qualité, existeraient-ils encore ? La réponse est "non". Pour s'aligner ils auraient dû baisser leurs prix et auraient pleuré pour réclamer moins de charges.

Cette évidence, depuis 40 ans, la FNSEA et les politicards de tous bords ne veulent pas l'entendre. Depuis 40 ans, c'est toujours la même histoire. Des actes à l'opposé des discours lénifiants avec un objectif caché, faire disparaitre les petits paysans pour industrialiser ce qui survivra : 1 400 000 exploitations en 1970, moins de 500 000 aujourd'hui et l'avenir sera encore plus sombre.

Dans les faits, les primes (aides, reports d'emprunts, gel des cotisations...) tombent comme s'il en pleuvait et les amis populaires, républicains, socialistes ou radicaux ne se gênent pas pour inventer normes et taxes à la moindre occasion, le "Grenelle de l'Environnement" version Sarkosy est un modèle du genre. 

Cliquez sur "agri-crise", en haut, à gauche de cette page pour constater que Vincent Descoeur a une bien curieuse façon d'aider les agriculteurs en leur imposant une taxe sur un service qui ne les concernent pas.   

Bataille cachée au commun des mortels.

Si la vie de l'inutile Sénat ne nous regarde pas, notre porte monnaie de contribuables cantalous prêts de leurs sous, de la TVA à l'ISF nous le sommes tous, est concerné. Qui va profiter des exhorbitants privilèges accordés aux sénateurs ? Débuts de réponse en cliquant sur "sénatoriales bis" en haut à gauche de cette page.

Encore et toujours...

François Vermande, candidat aux sénatoriales, nous a adressé son courrier aux élus du département. Copie intégrale sur "sénatoriales bis", la démarche nous étant apparue d'une sincérité absolue.

 

Au théâtre pendant quatre jours.

Cliquez sur "éclatez-vous" pour retrouver ou découvrir quelques coups de projecteurs sur la trentième édition du festival d' Aurillac.

Des millions de photos ont été prises : celle-ci nous parait représentative de la générosité des artistes et de la volonté de partager un moment de liberté... Cliquez pour agrandir.

Mise à jour du 18 aout 2015

Aujourd'hui, un seul sujet. L'avenir du Cantal dépend bien plus de l'évolution des crises agricoles que du choix d'un cumulard pour aller occuper un fauteuil sur mesure à l'inutile Sénat.

Le fourbe et la fourche.

Le blog des amis de Testu n’a pas la cote aux yeux de la clique FDSEA/ JA/ UMP Républicaine Socialiste et Radicale.  Les stars, habituées à fournir des dossiers de presse bien ficelés sur papier glacé et, parfois, à corriger elles-mêmes ce qui est diffusé, ne comprennent pas notre manie de dénoncer les faits… et de chercher à pointer les responsabilités, le cynisme des organisations agricoles prétendument majoritaires dans les crises en cours. Illustration avec la crise porcine qui touche peu le Cantal mais qui illustre parfaitement la capacité de maquillage des problèmes de fond.

Tout est bon dans le cochon, il peut même faire vendre du papier et alimenter les chaînes de télé en images spectaculaires mais sous commentées. Parlons-en. Chacun pourra ensuite faire le parallèle avec les filières bovines cantaliennes manœuvrées depuis une éternité par des clones de la filière porcine bretonne.

Pour voir jusqu’où peut aller la manipulation des producteurs par les instances dirigeantes FNSEA et compagnies, cliquez sur «agri-crise» en haut à gauche de cette page. Vous trouverez un article intitulé « Les cocus sont dans les porcheries bretonnes », des précisions sur le pédigrée de quelques dirigeants agricoles, des extraits d'un communiqué de la Confédération Paysanne et la lettre d’un agriculteur à Xavier Beulin, président de la FNSEA, d’innombrables sociétés ou organismes et vice-ministre, d’autres disent ministre plein de vices, de l’agriculture (poste jamais créé mais toujours occupé par le représentant d’un système aujourd’hui à bout de souffle).

Mise à jour du 31 juillet 2015

35 centimes le litre, un coup médiatique.

50% des exploitants agricoles cantalous sont en danger. Nier cette évidence serait d’autant plus stupide que la rappelons depuis des mois et des années, la fin des quotas laitiers n’ayant fait qu’accélérer le phénomène. Cela dit, impossible de rester muet devant les comportements et les discours entendus ces jours ci.

Dans toutes les guerres, froides, déclarées, civiles, ouvertes ou drôles, la communication fait l’opinion. Idem pour la guerre d’usure déclarée par la FNSEA et ses soldats du CNJA avec la complicité de la presse nationale qui bave sans se poser la moindre question et démontre chaque jour que les envoyés spéciaux en ruralité révoltée doivent souvent avoir de la bouse dans les yeux puisqu’ils confondent sans broncher fumier solide et lisier liquide ! Cliquez sur "agri-crise" en haut à gauche de cette page pour en (re)découvrir un peu plus.

 

Sur le pavé, les vaches.

Après les bacs à arbre, les vaches en résine pour meubler l’esplanade Michel Crespin, devant le Cristal aurillacois. Il ne manque plus qu’un circuit de petit train sur des rails en plastique et on aura définitivement compris que les élus ne savent plus comment s’en sortir pour masquer l’absurdité de leur réalisation sur l’ancienne place de la Paix. 

Comme échappée du faux parc à bestiaux aux couleurs de la ville d'Aurillac, la vache lassée de brouter du granit s'approche d'un tilleul bonzaï sous le regard médusé d'un passant.

Les frères siamois ?

De nos envoyés spéciaux à Montsalvy. Essai de synthèse au 29 juillet 2015      

Salut à toi, TESTU ! ...et sois béni des Dieux !

Peut-on le dire ? Le système commence à fonctionner à plein régime. Des quatre coins du département arrivent les nouvelles, en nombre, qui facilitent recoupements et vérifications. Nos politicards, petits barons locaux manipulateurs, en certains cas, commencent à s'interroger (il est grand temps) sur l'efficacité de cette mécanique ( pour eux, infernale ) qui vient perturber leurs projets les plus fous. TESTU, œuvre de salubrité publique. Car dessiller les yeux des cantalous en âge de voter, voilà pour aujourd'hui la mission d'urgence voire sacrée.

Bel exemple que l'enquête sur le Prince de Murat présenté, enfin, sous son vrai jour comme la nature de ses pompes et de ses œuvres.

N'oublions pas pour autant l'autre prince, du genre mortifère, qui continue, avec le brio qu'on lui connaît, à s'illustrer du côté de Montsalvy. Avec celui de Murat, ils sont les frères siamois de la politique telle qu'elle se pratique ici, où la réflexion sur l'économie est  réservée, dans le meilleur des cas, à l'exécutif de leur communauté respective. Les autres n'ont qu'à aller se faire voir chez les Grecs. On sait ce que cela engendre.

Comme le déclarait J. Duclos non sans humour à la veille de la présidentielle (cuvée 1969), mettant dans le même panier les candidatures Poher et Pompidou, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Voyons voir en cliquant sur "sénatoriales (bis)" en haut, à gauche de cette page.

Comme si la crise ne suffisait pas...

Une nouvelle fois Alain Bruel a découvert que sa haie avait été (mal)traitée au débroussaillant à partir de la pâture du voisin. Cliquez pour agrandir.

Selon que vous serez puissant ou misérable.

Coup de fil d’un ami de Testu:

« -tu sais que chez Bruel à Lascombes, on lui a de nouveau empoisonné les haies ?

-oui, il m’a appelé hier, je dois descendre me rendre compte avec lui… »

Descente à Lascombes, commune de Lacapelle del Fraisse.

Enclavée dans les terres d’Alain Bruel, une petite pâture de moins d’un hectare. La haie de noisetiers qui borde le chemin privé d’accès et les haies naturelles qui délimitent les parcelles ont été maltraitées au débroussaillant. Qui a bien pu s’amuser à ce jeu stupide ? Simple querelle de voisinage ? L’affaire semble plus sérieuse parce qu’il y a récidive. Déjà les noisetiers avaient été détruits, la gendarmerie s’était déplacée, le coupable avait fini par reconnaitre les faits. Déjà les haies avaient été grillées au débroussaillant. La gendarmerie avait constaté, le coupable s’était engagé à ne pas recommencer…  Cette fois-ci, Alain Bruel a recontacté la gendarmerie. Réponse : on transmet à la hiérarchie. Alain Bruel a appelé la DRAF pour demander un contrôle de pollution par herbicides. Réponse alambiquée jusqu’au moment où l’interlocuteur, agacé, annonce qu’il n’est pas possible de mettre un contrôleur derrière tous les chiens pour voir s’ils ne vont pas pisser sur le terrain des voisins.  

L’histoire prend une certaine dimension quand on sait que la pâture d’où sont partis les soucis depuis plusieurs années, appartient au GAEC des Estives des frères Lacoste.

Serions-nous revenus au temps des seigneurs ?

Qu'on se le dise.

Tolérance à Riom es Montagnes.

Suite à notre article où nous signalions des remarques désobligeantes par rapport au maire de Riom es Montagnes, celui-ci nous a transmis un message pour signaler que, tous les jours, il montre la meilleure écoute envers tous les habitants. Pour les élections départementales il a reçu tous les candidats de droite et de gauche à la mairie. C’est lui qui a entrepris les démarches pour que Guy Delteil, son prédécesseur de droite, soit fait maire honoraire de la commune. Il profite de l’occasion pour rappeler que le gymnase est à la disposition de tous les syndicats ou partis… excepté le FN. Que François Boisset, militant CGT, soit un homme ouvert, nous le savions déjà, les circonstances nous conduisent simplement à le rappeler.

À la santé des candidats aux sénatoriales.

Contactée, l’Agence Régionale de Santé  Cantal nous a fait savoir que toute information à propos des maisons de santé de Murat et Neussargues ne pouvaient venir que du service communication de l’ARS Auvergne. Testu comme il se doit, coup de fil à Clermont, suivi de quatre rappels… toujours restés sans réponse. Ne pouvant imaginer qu’une structure, chargée  de contrôler l’usage de l’argent public dans ce domaine, n’a aucun avis sur ce dossier, nous reprendrons contact et vous tiendrons au courant des suites données. Les grands électeurs ont le droit de tout savoir avant d’aller voter pour ou contre l’audacieux maire de Chalinargues.

La candidature « républicaine » étant maintenant connue, c’est à se demander s’il ne faudra pas finir par déménager pour retrouver un département un peu moins enlisé dans sa ruralité à l’ancienne.

Alain Marleix, chargé des investitures  chez les Républicains, a fait désigner Bruno Faure, directeur du groupe Salers Évolution, cumulard local, candidat à la succession de Pierre Jarlier : sans doute a-t-il pensé faire un bon coup politique  en profitant de la forte présence médiatique des meneurs agricoles dans l’actualité.

Ce choix nous conforte un peu plus dans l’idée que n’importe quel politicien peut trouver place au Sénat, institution inutile peuplée de manipulateurs ou de manipulés profiteurs des largesses d’une Vème République qu’il serait grand temps de transformer de fond en comble.

 

 

Mise à jour du 19 juillet 2015.

Nous avions annoncé deux thèmes pour une prochaine mise à jour. Devant votre pression, en urgence, article sur la sénatoriale surprise de cet automne. Ceux qui trouvent caricatural le ton de Testu peuvent se contenter de cliquer sur la photo ci-dessous et de lire ces quelques lignes d’explications...    

Document historique

Cliquez pour agrandir. Pas très pratique pour étudier la question avant le conseil !!!

Rapport masqué avant délibération

Pourquoi prendre en photo une page blanche à 98% ? Tout simplement parce que vous avez le droit de savoir que Bernard Delcros (B.D.) considère cette page, extraite du dossier transmis aux conseillers avant la dernière réunion du conseil communautaire comme un rapport sur un projet de délibération. Les conseillers ont découvert que « Exécutif Modification » voulait dire : éviction du bureau de la vice-présidente chargée du projet de santé pour le territoire, nomination d’un nouveau vice-président chargé de travailler sur la coordination des politiques fiscales en prévision des futures fusions des communautés de communes… Une façon comme une autre de supprimer l'utile (à tous les citoyens) pour le remplacer par l'agréable (le nouveau venu à la fiscalité est supposé plus conciliant pour B.D.). Au Pays de Murat, les projets masqués ou globaux de délibération sont monnaie courante. Monsieur le Préfet pourrait,  peut-être, exiger la nomination d’un vice-président à la transparence…

De l'audace, toujours de l'audace...

Tournantes pré-sénatoriales

chez les délégués en pays de Murat.

Après son échec dans sa tentative de holdup sur le Conseil départemental, Bernard Delcros (B.D.) a été puni avec la plus extrême fermeté par la majorité de Vincent Descoeur. Nous le pensions calmé pour un moment. Le sort réservé à Pierre Jarlier a bousculé toutes les prévisions : celui qui se voyait président du Cantal se verrait bien, maintenant, sénateur de la France. Pour ceux qui l’auraient oublié, rappelons que B.D. a été suppléant de Saint-Pierre, le sénateur de la cité des vents emporté par une bourrasque constitutionnelle.

Sitôt le départ de Pierre Jarlier connu, B. D. s’est mis en tête de profiter de l’aubaine. Première étape : faire le ménage dans le secteur, d'où une  tournantes de délégués municipaux à Murat où le président du "Pays" n'est plus en pays conquis d'avance. 

Légalement, il n’y a rien à dire. Pour le citoyen, petit électeur, c’est ce point qui nous intéresse, c’est une autre paire de manches. Comment faire confiance à un parlementaire pour défendre l’intérêt général si on sait qu’il est capable de toutes les embrouilles politicardes pour gagner son fauteuil auprès des « grands » électeurs ? Historique d'une éviction et visite guidée de la future maison de santé de Murat en cliquant sur « sénatoriales bis » en haut à gauche de cette page.

Mise à jour du 10 juillet 2015

Les YAKA-FAUCONS de retour.

Les quotas laitiers ? Une brimade de 30 ans,

vive la liberté de produire plus !

Moins de trois mois après la fin des quotas, c'est la cata chez les producteurs laitiers. En 2014, à cette époque de l'année, le litre valait 35 centimes chez le producteur, il ne vaut plus que 30 centimes et certains industriels pourraient même imposer le cours mondial (15 centimes) sur une partie des quantités ramassées... Cliquez sur "après les quotas", en haut à gauche de cette page, pour quelques infos de base.

Les femmes à la CGT 

et la tolérance à Riom es Montagnes.

Deux grandes séries de remarques après la présentation du congrès de la CGT à Riom es Montagnes. "Le congrès CGT à Riom illustre le sectarisme du maire" ; "la CGT a du travail à faire pour aller à la parité hommes/femmes". Début de réponse à ces deux questions en cliquant sur "syndicalisme" en haut à gauche de cette page.

 

L'art de refuser le dialogue constructif.

Dans tous les dossiers conséquents, les élus confondent concertation préalable et bourrage de crâne rétrospectif... avant de regretter la difficulté à dialoguer avec les citoyens. Après le "Cristal" et ses ratés (voir ci-dessous), la modification du tissu scolaire sur Aurillac passe mal. Pouvait-il en être autrement ? Cliquez sur "concertation", en haut à gauche de cette page pour plus de détails et un retour sur la convention avec le ministère de l'écation nationale.

 

La charrue avant les boeufs

Place éblouissante

pour un Cristal qui ne l'est pas.

En attendant les froidures de l’hiver pour savoir si, de bon matin, elle sera la première patinoire ondulée de France, l’ex-place de la Paix fait l’unanimité : elle est éblouissante… au sens premier du terme. Au moindre rayon de soleil, même si les risques de collision sont minimes*, interdiction de traverser sans s’équiper de lunettes noires, casquette, chapeau, béret ou main rabattue sur les yeux en guise de visière : l’habillage de granit, lustré façon pierre tombale, est beaucoup trop clair pour ne pas faire mal aux yeux.

Il y a peu, Aurillac était la capitale du Pays vert : partout, marronniers et tilleuls adorent nous offrir des coins d’ombre  où il fait bon se poser dès le printemps venu. Constatant qu’ils s’étaient plantés en rêvant d’une surface entièrement minérale (pour éviter le ramassage des feuilles mortes à l’automne ?) nos chers élus ont eu une idée lumineuse. Casser la pierre et le béton pour installer des arbres n’aurait fait qu’ajouter au ridicule, ils ont donc acheté, à prix d’or,  des cubes en acier coloré, histoire d’y faire pousser des espèces de grands bonzaïs dans l’espoir de donner un côté nature et ombragé à un lieu qui a définitivement perdu tout son charme.

Jamais deux sans trois, même si la troisième erreur est plus anecdotique.

La volonté de faire table rase du passé** continuant son œuvre, restait à trouver un nom au nouvel espace. En petit comité, et après avis de la famille, décision de baptiser l’aire événementielle municipale*** place Michel Crespin, du nom du co-fondateur du festival Éclat avec Yvon Bec, alors adjoint à la culture pris pour un illuminé par Souchon et Mézard.

Mi-juin. Expédition des invitations pour l’inauguration du Cristal, place Michel Crespin.

25 juin. Deuxième délibération inscrite à l’ordre du jour du conseil municipal : « dénomination de la place devant le Cristal ». Chahut politicien et pragmatique****. La place de la Paix garde son nom mais le plateau granitique qui l’occupe s’appellera « Esplanade Michel Crespin ». Ouf !

2 juillet. Sans metteur en scène, les élus connaissent leur rôle sur le bout des doigts, inauguration officielle. Exit la place Michel Crespin.

Comme la décision d’implanter le cinéma là où il n’a rien à faire, toutes ces erreurs et ces hésitations sont le symbole d’une démocratie « participative » totalement dévoyée. Décision en petit comité. Réalisation contre vents et marée. Information rétroactive en guise de concertation, tout l’art de faire passer la charrue avant les bœufs...  

*Qu’il pleuve, qu’il vente ou que le soleil brille, la dégradation des dalles sous les semelles des passants n’est pas pour demain : la place est devenue un espace déserté.

** Rappel : même la stèle commémorative du sacrifice des soldats du régiment parti d’Aurillac  pendant la 1ère guerre mondiale a été supprimée.

***Souhaitons-lui d’être plus utile que celle de la CABA à la Ponétie, mais c’est très mal parti.

****En supprimant « place la paix », les élus auraient obligé les nombreux riverains à changer toutes les entêtes de leur documents, bonjour l'addition. 

Dès que le soleil brille, équipement de protection des yeux obligatoire pour traverser l'Esplanade, place le Paix. Question : pourquoi ne pas avoir créé des chemins et des points d'ombre pour donner envie aux habitants de s'approprier cet espace désespérément déserté tout au long de la journée ? Cliquez pour agrandir.

Prochaine mise à jour

Promis ! Bernard Delcros en campagne pour les sénatoriales et le SPANC (Service Public de l'Assainissement Non Collectif) à Saint Flour et sur la CABA seront présentés dans la prochaine mise à jour.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

michel | Réponse 07.09.2015 09.48

Riom es Montagne.
je ne suis pas un "suppot " du FN . je trouve regrettable qu'une démarche "d'ouverture" n'exclut qu'un seul parti .démocratie?

Anne | Réponse 20.07.2015 12.30

Merci à Testu pour ces précieuses infos sur BD ! Si La Pravda locale pouvait les relayer pour que tous les cantaloos soient informés de ses manipulations !!!

roches | Réponse 17.07.2015 22.10

J'attends avec impatience la prochaine mise à jour pour suivre le règne du roi Bernard et savoir si ce sera LOUIS XIV ou LOUIS XVI

alaska | Réponse 14.07.2015 13.24

Pour les sénatoriales il seyt où il va BD !!!

L'Idiot | Réponse 12.07.2015 13.23

Je confirme, ébloui je fus, par cette place... A croire que les architectes et les décideurs du cru, sont des "illuminés", mais pas des lumières !

Verrière | Réponse 12.07.2015 05.03

Bravo! Continuez

Jocelyne | Réponse 11.07.2015 16.13

Place de la Paix : le vide sidéral ou sidérant !!!! Au choix .... les 2.... La nuit on doit pouvoir admirer les étoiles, n'oubliez pas d'amener votre transat !

Voir tous les commentaires

Commentaires

06.05 | 06:43

Merci Bernard pour ces informations
Le vérité fait vivre la démocratie il serait vraiment dommage que Testu se taise nous comptons sur toi à bientôt 😀

...
02.05 | 10:27

Bravo Bernard pour ce que tu as fait. Il faut maintenant organiser la passation de Testu aux citoyens qui peuvent et veulent le faire vivre. Réunion ? Quand ?

...
02.05 | 08:40

Et toujours et encore le "Decorum"!!
Cela n'a rien d'étonnant!!

...
01.05 | 21:52

Ici c'est .... Testu ! Ici c'est Testu !!! Une bien belle tribune..
Merci Bernard souhaitons que le plus grand nombre de citoyens découvre leur pouvoir d'agir !

...
Vous aimez cette page